Chroniques

Published on novembre 14th, 2014 | by Monsieur T.

0

Aqme – Dévisager Dieu

Apparue au début des années 2000 dans le giron des groupes de Neo-metal, Aqme a toujours su resté en marge de cette scène. Il faut dire qu’à leur début beaucoup d’amateurs de musique dîte extrême leur ont reproché ce côté groupe émo pour adolescents torturés. Le quatuor a heureusement su faire évoluer leur musique et chaque album a su franchir un pallier vers un son plus lourd, plus violent, tout en conservant leur identité.

Après 6 albums au compteur on aurait pu croire le groupe soudé jusqu’à la fin des temps et pourtant « Epithète, Dominition, Epitaphe » (oui c’est bien le nom du 6ème album!) sera la dernière participation de Thomas Thirrion au sein de son groupe. L’ancien chanteur serait à priori toujours dans le domaine artistique puisqu’il évoluerait maintenant en tant que tatoueur (ndlr : si quelqu’un dispose de source fiable pour affirmer mes propos je suis preneur). Mais revenons en à nos 3 musiciens aphone. Un changement de line up est toujours difficile pour un groupe, qui plus est lorsqu’il s’agit du chanteur, mais après l’écoute de ce nouvel opus, le nouveau prétendant au titre semble bel et bien avoir trouvé sa place…

artwork aqmeL’artwork du 7ème album “Dévisager Dieu” nous plonge dans un visuel tout droit sorti d’un album de Nirvana. Peut être est-ce dû à mes goûts personnels… Quoi qu’il en soit, ce corps humain à la chair à vif me fait intuitivement penser à l’ange de l’album In Utero du célèbre groupe de grunge. L’influence est palpable, ce qui n’enlève rien à la force de l’image.

Au niveau du son nous sommes rassuré dès la première piste, la puissance est présente. Pour la petite anecdote, c’est Etienne Sarthou (batteur et membre fondateur du groupe) qui a réalisé l’album. Pour une première expérience le résultat est très positif puisque l’album forme un tout parfaitement homogène. Les trois premiers morceaux ont suffisamment d’impacts pour retenir notre attention immédiate. Le plus frappant sur ce disque est la douceur de la voie claire de Vincent Peignart-Mancini. Sa voix si pure nous apporte une véritable sensation d’explosion lorsque le garçon se met à « growler ». Aussi à l’aise dans les deux styles, la douceur de ses cordes vocales n’a d’égal que la fureur de ses cris écorchés vifs. Ses textes sont, bien entendu, teintés de noirceur, tel “Au delà des ombres” avec son « Je ne veux pas vivre dans ton ombre encore brûlante » répété en ad libitum par Vincent, pendant plus d’une minute, qui nous prend au tripes. On appréciera au passage la polyvalence du chanteur puisque les curieux pourront le retrouver dans “The Butcher Rodeo” où il y déverse ses hurlements dans la langue de Shakespeare. Instrumentalement Aqme sort l’artillerie lourde : La guitare de Julien Hekking est plus tranchante que jamais sur les neuf morceaux de “Dévisager Dieu”. Elle parvient toutefois à s’échapper par moment… l’intro grunge de “Ce que nous somme” ou encore les effets de guitares Gojiresque au milieu de “Un appel” en sont quelques exemples. Mais pour moi, le gros plus du groupe tient à sa section rythmique. Charlotte Poiget à la basse et bien sûr Etienne Sarthou à la batterie sont la pierre angulaire de toute cette fureur parfaitement calibrée. Car si les guitares sont si massives et les chants si bestiaux, le tout ne pourrait se prêter à headbanger dignement sans une section rythmique au poil.
La basse groove et la batterie, toujours inspirée, nous tiens au corps et au cœur comme sur le refrain particulièrement accrocheur de “Enfants de Dieu”.

Vous l’aurez deviné, Aqme ne fait pas dans la finesse. Si les parties de chant clair sont nombreuses, elles s’intègrent de façon harmonieuse pour former un tout avec cette rage omniprésente. Un cohabitation si évidente que l’un ne pourrait exister sans l’autre. Les morceaux sont écorchés, explosifs et à la puissance souvent exponentielle.

Après ces bonnes paroles je vous invite à regarder leur clip fait avec trois bouts de ficelle (comme quoi pas besoin de beaucoup de sous pour faire une bonne vidéo). Mais plus que la vidéo, je vous invite surtout à surveiller leur actualité pour les voir en concert, là où la musique se doit d’être vécue.

Artiste : Aqme
Album : Dévisager Dieu
Date de sortie : 3 novembre 2014
Style : Metal avec option growl en français

Liens utiles :
Site web officiel
Facebook

Tags: , , , , , , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour plus d'infos.