Chroniques

Published on octobre 3rd, 2013 | by Milo

0

Bertrant Cantat : droit dans le retour

Le premier extrait de l’album Horizons (sortie prévue le 18 novembre) du groupe Détroit formé de Bertrand Cantat et du bassiste Pascal Humbert est apparu hier sur le net. Cet album est probablement un des plus attendus de cet automne, et pour cause l’ex chanteur du célèbre groupe Noir Désir y fait son grand retour sur la scène musical.

Depuis le démantèlement de Noir Désir (officiellement en 2010), et des soucis personnels que l’on ne répétera pas (la presse se charge déjà de brasser et rebrasser cette histoire), Bertrand Cantat ne s’était essayé qu’à de simples featurings ou collaborations, notamment avec Amadou et Mariam, Eiffel ou encore Shaka Ponk. Ces duos ou invitations scéniques ont sans doute permis au chanteur de palper son public, pour la plupart toujours présent.

Droit dans le soleil

Ce premier extrait a été co-écrite avec l’ami de Bertrant Cantat, l’auteur et metteur en scène libano-canadien Wajdi Mouawad. Les deux artistes avaient déjà travaillé ensemble en 2011 sur la pièce Des femmes où Cantat s’était chargé de la composition musicale. S’associer avec un des dramaturges les plus appréciés de notre époque est certainement un pari sûr où la prise de risque est quasi nulle. Pascal Humbert quant à lui est un bassiste de rock et de folk qui a déjà fait partie de nombreux groupes tels que Passion Folder, 16 Horsepower, Wovenhand mais a aussi joué avec Santa Cruz.

Droit dans le soleil sonne un peu mélancolique, obscurité et lumière, tristesse et espoir se dégagent de la mélodie et des paroles ; on retrouve cette poésie de martyr qui a fait de Cantat sa plus “chair” signature. Pourtant, le détachement d’avec Noir Désir se fait tout de même sentir ; le violon et la contrebasse apporte une caresse calme mais angoissante qui tranche avec l’habituel rock, la voix est grave mais pas écorchée, et l’évocation de souvenirs amoureux semble plus sereine et lyrique “Dans le parfum des nuits sans pareil/Et l’éclat des corps qui s’émerveillent/Ses lèvres avaient un goût de miel/On regardait droit dans le soleil“.
Le clip lui-même nous rappelle les matinées où le printemps commence juste à bourgeonner, simple et sans artifice, ce premier titre est sans doute le matin d’une longue journée que nous offrira l’Horizons.

Plus d’infos sur Détroit : www.detroitmusic.fr

Tags: , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour plus d'infos.