Reportages

Published on septembre 4th, 2017 | by Monsieur T.

0

Black Bass Festival 2017 – Soir 2

BBF pour les intimes. Le Black Bass Fest est typiquement le genre d’endroit où l’on se sent bien. Un festival à taille humaine (de 1000 à 1500 personnes par jour) composé de deux scènes en open air, un bar avec des bières sympas telle que la Cuvée des Trolls, un bar à vin, 3 stands de bouffe, Asiatique, Turque et le stand du BBF. Bref un grand choix de qualité pour la pitance ! Ajoutez à ça une zone ludique avec des jeux en bois, l’inévitable merchandising du festival et des groupes, il ne manque plus que des urinoirs où l’on nous demande de viser pour commencer à comprendre que les organisateurs ont de la connerie à revendre!

Fraîchement ravitaillés nous commençons notre samedi par Julien Pras. Si son groupe de stoner psychédélique Mars Red Sky s’est taillé une solide réputation sur la scène internationale, c’est ici en solo et dans un registre exclusivement folk qu’il officie. Pas évident de rentrer dedans tant le bonhomme est l’opposé d’un showman mais son subtil jeu de guitare ravira les puristes tout comme sa voix parfaitement placée.

Après un Dj set peu inspiré sur la grande scène, nous retournons à la Do scène pour une bonne dose de rock’n’roll à la Black Keys avec Blackbird Hill. Si le chant fait fortement écho à Last Train, le duo guitare batterie n’en est pas moins efficace. Leurs compositions endiablées et leur énergie indéniable mettront d’accord les curieux.

Blackbird Hill - Black Bass Festival

Tiens Julien Pras est de retour sur la grande scène (Scène Blaye Côtes de Bordeaux de son prénom). Le Black Bass Festival fait fort ce soir. La reformation exclusive de Calc (séparé depuis 8 ans) semble attendu et le public répond présent. Calc est un groupe de pop et il est fortement conseillé de connaître les albums pour apprécier les morceaux à leurs justes valeurs. J’avais personnellement beaucoup aimé leur dernier disque « Danse of the nerve » et effectivement les morceaux joués font l’effet de tubes. Le reste me fut plus difficile d’accès, surtout en ayant en tête l’autre groupe du leader. Heureusement Calc comporte de nombreux solos de guitares et quelques passages psyché.

Calc - Black Bass Festival

Calc – Black Bass Festival

La suite du programme n’est pas moins musicale bien qu’il n’y ait plus de musiciens sur scène mais de véritables performeurs ! Il s’agit du concours de Air Guitar et quel spectacle. Deux passages pour chaque participant, le premier sur le morceaux/compil de leur choix et le second en improvisation totale. Bref de la grosse branlette sans manche et une ambiance WTF parfaitement assumée par les organisateurs. L’un d’entre eux fait même office d’animateur pour le concours. Le monsieur assurera aussi les présentations des groupes joués avant chacun des concerts de la soirée. Classe !

La buche. On la voulait celle-là. Oh oui. Et bien on l’a prit en pleine gueule. Oui monsieur, Truckfighters c’est du desert-rock, du stoner, du rock’n’roll, tu appelles ça comme tu veux mais ça le fait. Date exclusive cet été en France pour les Suédois et le public composé de nombreux hipsters ne s’y est pas trompé. Il saute partout, Django le guitariste fou fait le spectacle fidèle à son habitude tout en balançant ses riffs écrasants. Le chanteur bassiste est plus statique et ce ne sont pas les problèmes de micro qui vont l’aider mais peu importe, Truckfighters c’est avant tout du son. Des riffs rapides et puissants. On finit le concert par le cultissime Desert Cruiser après un faux rappel vite expédié (mais pourquoi diable faire un rappel en festival quand on ne joue pas en dernier ? Et surtout quand on n’a pas encore joué son tube?).

TruckFighters - Black Bass Festival

TruckFighters – Black Bass Festival

Encore du rock’n’roll sur la seconde scène avec Lysistrata. Décidément cette soirée fut placée sous le signe de la guitare électrique. Une fois le concert du trio instrumental finit nous retournons à la grande scène. Pour finir en beauté le BBF a misé sur un groupe de metal mais attention par n’importe lequel : HARK. On parle ici de Sludge. Pour vous expliquer le topo, le sludge c’est le côté boueux du stoner. C’est un peu crade, ça hurle, ça joue vite aussi mais surtout on n’oublie pas pour autant de garder la mélodie. Ben oui quand même. Le groupe devenue quatuor depuis le dernier album nous régale pendant 45 minutes intenses. Un bouquet final culotté pour ce festival à l’image familiale (et hipster pour le coup).

Un festival de plus on l’on se sent bien !

Site officiel du Black Bass :  blackbassfestival.com

 

 

Tags: , , , , , , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour plus d'infos.