Petit retour ..." /> Cotton Belly’s : Une vague de blues à l’Ecaussystème | L'Appel Des Tympans

Chroniques

Published on août 16th, 2013 | by Jo

1

Cotton Belly’s : Une vague de blues à l’Ecaussystème

Petit retour à l’ Ecaussystème

En cet après-midi chaud et poussiéreux d’ Ecaussystème quoi de mieux que de se poser avec une bonne bière devant la scène off. Après tout, un après-midi de concert gratuit est toujours très appréciable. Et pourtant après deux premières déceptions (The Smelly Penguins et Colt Silvers) l’exigence est haute envers Cotton Belly’s. Mais c’est sans compter sur le talent du quintet blues. C’est en traversant le petit village de Gignac, avant même d’entrevoir la scène off que nous parvient un son d’harmonica chaud au timbre saturé accompagné d’un groupe au groove généreux. Il ne suffit plus que de les voir dans leur accoutrement scénique singulier (salopettes et jeans délavés) pour être définitivement conquis. La seule erreur de l’Ecaussystème aura été de les programmer à la scène off quand ils auraient pu enflammer à coup sûr le public de la Main Stage de leur blues de haute volée.

Mais laissez moi vous compter leurs péripéties. Après un premier EP 5 titres sorti en mars 2008, les Cotton Belly’s sortent un premier disque, sobrement intitulé Cotton Belly’s, en octobre 2009. Certain d’entre vous se le dise déjà, ça flaire l’originalité à plein nez… Et puis après tout, qui joue encore du blues en l’an 2013 en France ? Et bien, faites le savoir, criez le haut et fort. Le blues est peut-être enterré, il n’est pas mort. Et pour nous confirmer qu’eux non plus ne le sont pas, l’excellent EP Black Brown and White constitués de reprises sort dans les bacs en février 2011. Les fans n’ont toujours pas d’album à se mettre sous la dent, même pas quelques compositions. Mais patience, le prochain effort studio des p’tits gars du coton débarquent en octobre 2013 et se nomme « This Day ». Enfin, je suis fier de désormais compter parmi ceux qui attendent ce disque. Une chose est sûre, les attentes seront bien récompensées. Les Cotton Belly’s ont passé une heure à nous en convaincre un peu plus à chaque chanson à l’Ecaussystème

Le nouvel album ne se fera plus attendre très longtemps

En une heure de concert, les p’tits gars du coton, comme ils aiment à se surnommer, ont écumé une palette d’émotions à la variété plus large qu’à l’accoutumée dans le genre. Tantôt énergique, tantôt mélancolique avec de petites escapades très réussies. Funky sur Hi Heel Sneekers, mélancolique sur Stranger at home, a cappella et gospel respectivement sur Shy Boy et Down by the riverside, country avec Cotton Jig ou encore franchement électrique avec le solo de Reason. Avec les Cotton Belly’s la seule valeur commune à tous les morceaux est le groove. Toujours entraînant, peu importe la sauce à laquelle les gars cuisinent leur blues. Avec ce concert, les Cotton Belly’s en profitent également pour nous jouer deux nouveaux titres que nous retrouveront à coup sûr avec leur nouveau disque This Day  : Feel Down et Greatness. Un live des Cotton Belly’s c’est également l’occasion de se retrouver confronté à des improvisations magistrales. Mention spéciale à l’excellente improvisation de clôture du concert. Dire que la bande à Yann Malek est l’une des plus prometteuses de la nouvelle génération du blues français est un éphémisme (ok, il faut dire qu’ils ne sont pas légion…). Je vous laisse juger, mais de mon côté, je ne serai pas surpris que leur succès dépasse le cercle des amateurs de blues.

Un groupe à apprécier en live

En tout cas, ils y travaillent activement. La joyeuse compagnie, en effet, électrise les foules des festivals depuis déjà quelques années, en témoigne leur palmarès : Festival Blues sur Seine, Cahors Blues Festival, Festiblues de Montréal, Europa jazz festival, pour n’en citer que quelques uns. Les Cotton Belly’s ne dépoussièrent pas le genre mais saupoudre les clichés du genre avec parcimonie et toujours avec classe. Bonjour, aux cadences déchirantes de trois bornes de long, mais bon dieu, ça fait tellement de bien à entendre. Le blues a de beaux jours devant lui. Les p’tits gars du coton s’imprègnent de ce son profond et rétro et de ces clichés inhérent aux compositions de tous les bluesmen se respectant, seulement pour mieux innover. La variété des titres de leur premier disque en fait foi. Un album à écouter, et surtout, à réécouter. Pratiquement une heure d’un blues brut joué à toutes les sauces suivant l’humeur des messieurs. On se croirait transporter dans l’Amérique profonde, aux racines du blues. Et c’est sur scène, avec leur look que les gars nous conforte le plus dans cette impression. À juste titre car, en effet, les Cotton Belly’s tirent leur style vestimentaire atypique du fabuleux film des frères Coen O’brother. Quoi de meilleure référence !?

Mais assez parlé de leur musique, parlons d’eux. Mambo Slim (guitare rythmique), Owen Brown (basse/contrebasse), Grill (batterie/percussions), Le Marshall (guitare électrique/dobro) et enfin Willy Wood (chant/harmonica) pour employer leurs surnoms n’attendent plus que vous sur les routes de France. Une seule chose est sûre, on commence tout juste à entendre parler de ces bluesmen en salopettes.

Feel Down des Cotton Belly’s (live)


Greatness des Cotton Belly’s (clip)


Cotton Belly’s en écoute libre sur MusicMe et également sur Deezer.

 

Tags: , ,


About the Author



One Response to Cotton Belly’s : Une vague de blues à l’Ecaussystème

  1. Pingback: Cotton Belly's - This Day - L'Appel Des Tympans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour plus d'infos.