Reportages

Published on juillet 8th, 2014 | by Milo

1

Hellfest – Mon premier voyage en enfer

Cela faisait 6 mois que j’attendais ça avec impatience, 6 mois que j’avais un pass 3 jours en ma possession. A une semaine de mon premier Hellfest je ne tenais plus, je traquais la moindre info sur internet, j’écoutais en boucles les différentes playlist disponibles sur youtube, spotify ou autres.

Jeudi matin la délivrance, après une courte nuit où l’excitation de partir a primé sur le sommeil. Départ 6h du matin direction Clisson. 13h30 nous arrivons sur le parking et pénétrons enfin dans l’univers du Hellfest. Après une attente qui nous a semblé interminable et s’être installé sur le camping, les festivités peuvent enfin commencer.

Le Hellfest ? C’est quoi ? Une question que j’ai pu entendre pendant 6 mois lorsque les gens me demandaient ce que je faisais cet été.
Pour moi le Hellfest ce fut d’abord une incroyable aventure multi culturelle. Imaginez un endroit où vous pouvez croiser en quelques minutes, bien entendu des headbangers, des lapins, des mecs déguisés en gendarmes (mais des vrais aussi), des prêtres, des barbus et des tatoués. Imaginez tout ce petit monde, enfin 50000 personnes par jour quand même, venues célébrer la grande messe des musiques alternatives (ceci expliquerait peut être les prêtres et jésus…) dans une ambiance franchement cool.

Imaginez un festival où les concerts commencent le matin à 10h30 et finissent le soir à 2h passé…. imaginez un festival avec 6 scènes où les groupes s’enchainent les uns après les autres. Imaginez un festival qui vous plonge dès l’entrée dans une ambiance hors du commun. Même si j’ai pu entendre dire sur le week-end que le Hell city square faisait un peu Disneyland du métal, pour ma part j’ai admiré le travail réalisé.
hellcity
Le vendredi première journée en enfer, quoique un enfer assez sympa rempli de bière, de soleil et de bonne musique. Je commence la journée par la fin du concert de Mars Red Sky (dont vous pouvez lire la chronique du dernier opus ici-même), j’aurais voulu le voir en entier, mais les aléas en on fait autrement. Je reste sous la Valley et profite du live planant de Conan. Guitare bien grasse, rythmes lents, le nom du groupe, sonnant comme une référence au guerrier barbare, est bien trouvé tellement le son s’abat sur moi tel une machine de guerre. Pour résumer, un son bien lourd, une nuit très courte due aux festivités de la veille sur le métal corner, il ne m’en a pas fallu plus pour décoller dès le second concert du Hellfest édition 2014.
Passage par la scène Altar pour découvrir Kronos, j’avoue je ne connaissais pas, et pourtant le groupe français formé en 1994 est considéré comme l’un des poids lourds du brutal Death métal français. Premier concert du week-end passé sous Altar et premier nuage de poussière respiré.
Il est temps de faire un tour pour découvrir le site du festival dans sa presque totalité. Petit passage éclair par la warzone, le terrain de jeu préféré des punks, sur la fin du set de… mince j’ai oublié le nom du groupe… il est temps de manger et de faire une petite pause à l’ombre du bois du Kingdown of Muscadet.
Retour sous Altar pour le concert de Loudblast. Depuis ce matin le chapiteau s’est bien rempli et il ne m’est pas évident de trouver une bonne place pour profiter du concert. Cela ne m’empêchera pas d’apprécier le son. J’ai tellement chaud que je m’éclipse avant la fin du set et finis le concert dehors sur l’herbe avec une bière à la main. J’en profite pour faire de nouvelles rencontres éphémères mais sympathiques.
Fin d’après midi et arrivée sur la MainStage pour le set de Rob Zombie. La première fois en live pour moi, pas déçu par le bonhomme qui envoie du lourd. Une très bonne ambiance, un enchainement de ses morceaux les plus connus, une communication assez présente avec le public. Un guitariste (John 5 ; ancien guitariste de Marilyn Manson) qui maitrise son instrument et ne se prive pas (il aurait tort) de le montrer. On en a profité pour aider Batman à s’essayer au slam….
Sur le set de Sepultura qui a lieu en MainStage 2 la foule commence à devenir de plus en plus compacte à mesure que les t-shirt Iron Maiden se font plus présents, la rumeur voulant que le groupe ait vendu plus de t-shirt que de cd me semble de plus en plus réaliste à ce moment là. A ce titre, désolé par avance pour les fans, mais j’ai vraiment fait une overdose de visuels Maiden sur le week-end…
Maiden donc, un gros gros show, le set est millimétré, le groupe dégage une énergie d’enfer et les décors différents sur chaque morceau sont dantesques. J’avoue je ne suis pas un grand fan de Maiden, mais je sais reconnaitre quand un groupe donne tout ce qu’il a pour son public, même si je me serais bien passé des intermèdes informant l’assemblée du résultat du match de foot de ce soir là. Peut être pour se faire pardonner de ne pas avoir voulu décaler l’heure du show par rapport au match. La fatigue commence à bien se faire sentir mais je résiste tout de même afin de profiter de la première moitié de Slayer. Il est ensuite temps pour moi de regagner le camping afin d’essayer de gagner quelques heures de sommeil qui seront bien nécessaires pour enchaîner sur une seconde journée.

Le 21 juin, pour moi la meilleure fête de la musique que j’ai jamais vécue…

Je commence la matinée comme celle de la veille : direction la Valley. Si le vendredi j’ai manqué les 3/4 de Mars Red Sky, ce matin c’est décidé je verrais Hark en entier. Il faut dire qu’une certaine personne m’a donné envie de les voir tellement elle m’a parlé du groupe. Un set d’une demi-heure, ce n’est pas beaucoup mais le groupe sait s’y prendre pour nous réveiller et nous mettre de bonne humeur. Je reste sous la Valley pour Herder dont le chanteur totalement surexcité contribuera à combler mon manque de caféine.
Une musique bien sale qui envahit mes oreilles, du bonheur. Le chanteur laisse place, le temps d’une pause clope, à un invité, qui si j’ai bien compris sur le moment est l’ancien chanteur du groupe.
Je me dirige ensuite vers la MainStage, par curiosité, pour voir ce que donne-la bande de fille du nom de Lez Zeppelin. Comme leur nom l’indique, un groupe de tribute des légendaires Led Zep. Je n’ai pas forcément été convaincu par le set, même s’il faut l’avouer, la chanteuse a une sacré voix et sait s’en servir.
Petit tour par l’extrem market, pause dej, petite sieste dans les bois et c’est l’heure d’aller voir Dagoba sur la MainStage 2. Le groupe ne déroge pas à sa réputation de concerts démentiels et fait enchainer au public plusieurs Circle Pit. Après un premier essai de Wall of Death pas trop suivi, Shawter demande à la fosse de se séparer en deux afin qu’il puisse voir “le mec qui tient le guichet de la grande roue”. Cette fois ci le public suit et cela m’a donné l’occasion d’y participer même si je ne me trouvais pas aux premiers rangs.

Pas une seconde à perdre, je me dirige droit vers la Valley afin d’avoir une bonne place pour Clutch que je ne raterais pour rien au monde. Dès les premières notes lâchées (The Mob Goes Wild) c’est la folie générale, le chapiteau est plein à craqué. La foule se laisse porter, tout le monde bouge, saute, danse, slam. Clutch envoi sa set List Stoner/blues avec en pépite l’enchainement de Electry Worry avec One Eye Dollar. Eclatement de joie sur The Regulator. Pour ma part Clutch est un des meilleurs concerts de l’édition 2014 et n’aurait sans doute pas fait pale figure sur la MainStage.
Retour sur la MainStage d’ailleurs, pour Soulfly. Que dire de ce concert auquel j’ai assisté d’un peu loin tant il y avait de monde autour des MainStage, certainement en prévision des têtes d’affiches du soir. Max Cavalera fait participer le public, n’hésite pas à demander un Circle Pit dès le début du second morceau et profite même de l’avancée de scène en place ce jour là pour le concert d’Aerosmith qui aura lieu plus tard afin d’être plus proche de son public sur Eye for an Eye. Le public est assez réactif. On peut en juger vu les nuages de poussière s’élevant tout au long du set. Le Brésilien invite deux de ses fils à le rejoindre sur Revange, nul doute
que les fistons ont de l’avenir dans le métier. Petite mention spéciale pour la reprise de Root Bloody Roots (de Sepultura ex groupe de Max Cavalera).
Je reviens à Altar pour Eluveitie mais le monde présent ne me permet pas de me rapprocher de la scène. Qu’à cela ne tienne j’en profite donc pour m’assoir à l’entrée et profiter du concert assis en me reposant. Je fais de nouvelles rencontres fort sympathiques mais ne pouvais profiter des morceaux correctement car les seuls sons venant à mes oreilles sont les basses.
Cela me permet de reprendre du poil de la bête avant Aerosmith.

Steven Tyler arrive en scène avec un petit quart d’heure de retard affublé d’un nouveau look moustache…. certains derrière moi le comparent à Jack Sparrow…. Je ressens dès le début l’ambiance énorme show américain avec strass et paillettes. Malgré ses 66 ans le chanteur envoie encore bien. Il maitrise l’espace scénique en le parcourant dans son intégralité, n’hésite pas à se rapprocher plusieurs fois du milieux de la fosse grâce à l’avancée de scène. Harassé, je ne peux tenir jusqu’à la fin du concert et retourne au camping y boire une dernière bière en entendant de loin Dude (Looks Like a Lady) avant de plonger dans les bras de Morphée.

Dernier jour sous le soleil de l’enfer

Dimanche matin levé 7h30 comme la veille afin de pouvoir profiter d’une bonne douche qui me remettra d’aplomb pour la journée.
Après le petit déj direction la MainStage pour Blues Pills. Me voilà dans le premier rang, bière à la main à défaut de café, afin de profiter du voyage offert par le quatuor. Un voyage qui sent bon les années 70. La chanteuse a un charisme fou et le guitariste du haut de ses 18 ans semble se promener sur le manche de son instrument. Le public est venu nombreux assisté au set entre blues et rock psychédélique vintage.
Je reste sur place pour assister aux premières loges au passage de Lofofora. Un concert très attendu et pour cause c’est la première venue au Hellfest pour ce groupe que l’on ne présente plus. Le public est chaud, tellement que Reuno nous avoue qu’il se lèverait plus souvent le dimanche matin pour faire un concert dans ces conditions. Le groupe nous présente un titre de leur prochain album : Pornolitique. Le set est également ponctué par la venue de Maxime Musca, youtubeur et agitateur pour le petit journal de canal+. Grand moment musical mais un peu court. Point bonus pour Reuno qui affirme son soutient aux intermittents et en profite pour remercier les organisateurs du Hellfest ainsi que le public de festivaliers. Cela m’a donné envie d’aller voir Lofo sur un vrai concert.

Déjà une pause pour aller manger, il ne faut pas oublier que c’est dimanche et qu’avec les deux jours précédents, nourri de bières et de concerts, il n’est pas forcément évident d’être en forme en ce dimanche caniculaire.

Mon après midi recommence à la Warzone avec Tagada Jones (dont nous avions chroniqué le dernier album, à lire ici). Grand moment ! Les français qui reviennent d’une tournée au Canada continuent de fêter leur 20ème anniversaire à Clisson. Un set enragé et une foule plus que présente et répondante : un concert de folie. Le groupe rappelle qu’avec de la volonté on peut arriver à ses fins. Un hommage est rendu aux Berrus sur la chanson Karim & Juliette reprise en chœur par la foule nombreuse. Pour information, c’est le concert qui a fait péter le record d’affluence sur la Warzone en comptant les 3 jours de festival.

Sortie de Tagada bien poussiéreux aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur je me dirige vers un point d’eau. Mention spéciale au mec qui a eu la bonne idée de déclencher une bataille d’eau.
Après un séchage express vue la température du jour et quelques bières, direction Equilibrium au Temple. Bien placé j’ai bien pu profiter du concert. Le groupe se retrouve devant un public super réactif, une ambiance très chaleureuse qui n’est pas uniquement due à la température environnante.
La fatigue se fait de plus en plus ressentir, mais c’est le dernier jour et il serait dommage de ne pas rester jusqu’à la fermeture ce soir. Petite pause repas et repos des pieds et du dos. Je retourne du côté d’Altar pour profiter, assis cette fois, de Paradise Lost. La foule reprend en chœur les morceaux qui s’enchainent.
Retour en MainStage pour Emperor avec une foule immense conquise par le black métal des norvégiens. Petite dédicace à Christine B. si tu me lis sache que j’ai eu de sacrés frissons de plaisir en entendant la foule immense hurler SATANA !
Le moment tant attendu du dimanche arrive enfin, c’est l’heure de Black Sabbath. Ozzy à son habitude, pale et les yeux noirs, entre sur scène. Le groupe malgré l’âge sait encore nous faire plaisir. Malgré un jeu de scène très immobile, la foule est conquise. Enchaînement des tubes des Blacks Sabbath entremêlés avec des morceaux du dernier album. J’exulte lorsque j’entends les premières notes d’Iron Man.

Dernier concert de ces 3 jours de folies : Opeth. Je ne connais le groupe que depuis peu, mais je peux vous dire au moins une chose : en live c’est puissant. Je ne sais pas si l’effet provenait de la bière ingurgitée, ou de l’ambiance générale voir même les deux mais ce dernier concert m’a fait littéralement décoller.

Fin de festival, je rentre au camping avec mon petit groupe d’amis afin de profiter des derniers instants, malgré la fatigue je n’ai pas vraiment envie d’aller dormir, comme si je ne voulais pas quitter cette ambiance. Mais il ne va pas falloir trop trainer : une longue route m’attends le lendemain pour rentrer.

Ainsi s’achève ma première venue sur ce festival au combien fabuleux. Une ambiance bonne enfant, un public chaleureux et ouvert, une programmation hors norme. C’est dit je reviens l’année prochaine.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


About the Author



One Response to Hellfest – Mon premier voyage en enfer

  1. Pingback: Mars Red Sky live au Black Sheep - Montpellier - 09 avril 2016 - L'Appel Des Tympans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour plus d'infos.