Chroniques

Published on avril 8th, 2013 | by Monsieur T.

0

Saez : De Messina à Miami

Messina, triple galette du très prolifique Saez sorti fin 2012, quelques mois plus tard voici la suite Miami dans nos bacs. Un peu comme le Yin et le Yang, deux disques opposés mais pourtant complémentaires.

Messina le premier sorti, assurément noir, est une plongée dans l’univers obscur et dépressif du chanteur révolté. Il est loin le jeune et con d’antan. L’œuvre est un éventail des différentes palettes de Saez.

Messina contient trois ambiances distinctes réparties ainsi :
Les Échoués, un disque sombre acoustique teinté d’électrique pour sublimer le tout.
Sur les Quais est la face Rock complètement assumé du disque, avec une rythmique particulièrement efficace.
Messina est le chapitre final du voyage, sur fond d’orchestre Saez fait basculer son univers dans un décor musical inattendu.

Saez chante l’amour, Saez chante la fin des mondes, Saez chante la mort, Saez chante la solitude, Saez chante la trahison, Saez reste Saez.

Difficile de passer après un tel disque qui restera assurément parmi ces plus belles réussites avec J’accuse et Paris.

Maintes fois repoussé, voici enfin le tant attendu Miami.
Là où le disque précédent s’engouffrait dans une ambiance noire et complexe, celui-ci se présente désinvolte et libéré. Des rythmiques électro font leur chemin tout en laissant la place à quelques ballades acoustiques. Les riffs de guitare sont toujours là, hypnotiques ou imposants faîtes votre choix ! Ici tout est là.
L’ensemble du contenu de Miami est assez hétérogène. Plus léger que Messina, il est aussi moins dépressif.

Saez y chante la vie facile, Saez y chante la drogue, Saez y chante les filles. Saez y chante le capitalisme.
Un disque simple, direct, sans fioritures. C’est Miami !

Messina / Miami, deux disques différents pour deux ambiances très éloignées. D’une part le côté noir, proche de la folie… de l’autre la lumière, purement désinvolte.
Plonger dans son univers n’est pas chose aisée, mais pour peu que vous fassiez le premier pas vous n’en ressortirez pas indemne.

Chronique by Monsieur T.

 

Tags: , , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour plus d'infos.