L'Xtreme Xtreme Fest 2014 – Live report jour 1 | L'Appel Des Tympans

Reportages

Published on août 15th, 2014 | by Monsieur T.

2

Xtreme Fest 2014 – Live report jour 1

 

L’Xtreme Fest passe la seconde ! Après une première année sold out sur le site de Cap Découverte, l’association Albigeoise Pollux pose ses amplis au Parc des expositions d’Albi et rallonge le format de lévénement. Cette année ce n’est ni plus ni moins que trois jours de musique punk, metal et hardcore que nous avons au programme.

Vendredi 1 août :
« Hé les gars, Gojira est annulé ce soir? » voilà ce que nous braille un jeune punk croisé au supermarché des environs histoire de faire le plein avant ce grand week end.
L’Appel des Tympans : « Hein ? »
Le Keupon : « Oui c’est annulé, les Sheriff les ont arrêtés ! »
Les punks ont de l’humour, qu’on se le dise !

Here we go. Direction l’accueil du festival pour la pose des bracelets avant de rejoindre le camping situé à proximité du site pour poser nos tentes. La journée débute assez tard (18h15), sûrement pour laisser le temps aux festivaliers d’arriver.

1_Seylen (1)La sélection de Music in Tarn ouvre les hostilités. Seylen a l’honneur de démarrer le festival sur la X Stage, qui correspond à la grande scène extérieure. La bande des cinq Tarnais nous offre un Death Metal aux relents progressifs d’une efficacité certaine. On sent la fraîcheur des débuts et beaucoup d’envie dans ce jeune groupe. Gageons que nous les reverrons. Après cette entrée de qualité direction la Main Stage qui se trouve être la salle du Scénith. Les Belges d’Aborted ne font pas dans la finesse. Leur Death brutal sera l’occasion de réveiller les festivaliers qui commencent à affluer sur le site. Le groupe ne se privera pas de ce public en adéquation avec leur musique et lancera avec plaisir quelques circle pits mémorables. Petite pause loin de la fureur d’Aborted puisque je retourne sur le X Stage pour The Rebel Assholes qui nous propose un punk-rock sympathique. De quoi patienter gentiment avant le concert que jattends le plus…

3_Gojira (6)Gojira, qui est tout simplement le groupe de Death Metal français le plus renommé à l’heure actuelle, est l’une des têtes d’affiche de la soirée. Les membres du groupe se mettent en place, puis c’est le chanteur qui débarque sur la scène du Scénith en courant et amorce le concert sur Explosia. Leur son puissant fait trembler la salle, le bassiste tel un fou headbangue violemment et n’hésite pas à taper du pied par la même occasion pour faire vibrer le sol de la scène. Le groupe est en forme et visiblement ravi du public. Jo Duplantier s’avère assez bavard ce soir et demande même s’il y a des groupes de métal à Albi. Faute de réponse, il finit par dédicacer la chanson suivante aux futurs groupes de métal d’Albi. Le traditionnel mur de la mort est absolument dantesque « Oui toi au fond de la salle, tu pensais regarder le concert peinard ! Je veux voir le public s’écarter jusqu’à la régie ». La fosse est en ébullition et elle réagit au doigt et à lœil du leader de Godzilla, euh pardon Gojira. Le groupe finit après un court rappel surWhere Dragons Dwell”. Les festivaliers en redemandent et finissent par obtenir gain de cause. Notre quatuor favori en remet un couche pour un dernier morceau, dépassant même la durée du set prévu. Respect.

Je ressors de la salle en sueur et profite de la fraîcheur du soir. Au loin le groupe de punk Hardcore The Black Zombie Procession a déjà débuté son set mais mon regard est ailleurs. Derrière les stands de merchandising se tient Godzilla. Le vrai ! Les pattes grandes ouvertes, il nous regarde fièrement de sa dizaine de mètres de haut.
_MG_3246_resultat
Je profite de ce moment pour faire le tour des lieux. le faible nombre de stands de nourriture avait fait défaut l’an passé, c’est cette fois pas moins de dix stands qui sont présents et il y en a vraiment pour tous les goûts. Végétarien, Kebab, Sandwich, Pâtes, Bonbons… L’inévitable buvette est bien entendu de la partie noter que la binouze est également servie dans la salle de la Mainstage afin de ne rien rater de son groupe préféré). Encore sur le site nous pouvons trouver plusieurs stands merchandising des groupes, le merch également du festival, plusieurs autres stands de vinyles tel que le disquaire Albigeois Sky Valley, des t-shirts de groupes et autres. Sur le site, un espace couvert pour manger avec des bancs, divers endroits pour se reposer à l’ombre et une tente Monster Energy avec un petit jeu pour mesurer ta vitesse à la batterie (le record étant de plus de 1000 frappes à la minute inutile de vous dire que je me suis contenté de regarder). Bref tout cela réuni nous offre un site particulièrement sympathique. Et ce n’était pas gagné d’avance quand on sait que le festival est installé en partie sur le parking du parc des expositions.

Avant d’aller voir débarquer les Sheriff, je me rends à la Zguen Stage regarder le set d’un groupe qui m’avait tapé dans lœil. La Zguen Stage est en fait la troisième et dernière scène du festival. Elle est vraiment petite et n’accueille que des groupes en conséquence. Smoke Deluxe donc, tout droit venu du Pays basque, en a sous le capot. Ce n’est pas pour rien que le chanteur porte fièrement un débardeur de Motorhead. Le batteur headbangue tout en s’occupant de sa double caisse. Les solos de gratte sont courts mais particulièrement efficaces. Le chanteur prend souvent la pose mais le jeu de scène y gagne en intensité. Même si leur set ne dure au final qu’une demi-heure je ne vois pas le temps passer et je rate le début des Sheriff. Ces derniers ayant prévu de jouer 1h30, le mal est moindre.
5_Les Sheriff (5)Après une pause d’une dizaine d’années, nos Sheriff semblent avoir repris les choses elles en étaient resté. C’est toujours agréable de voir un groupe prendre du plaisir à jouer devant son public. Et pour le coup les Sheriff en prennent un max. Le public est très actif et il faut bien le dire à leurs détracteurs, pour un groupe de vieux ils savent mettre l’ambiance et la fosse pogote dignement. Ça applaudit, ça crie et on entend même un festivalier (éméché forcément) haranguer « mayonnaise à gogo ». Point de mur de la mort pour les Sheriff mais il ne faut pas tout mélanger ! Ici nous avons à faire à du punk-rock. Une bande de potes qui ne se prend pas la tête et joue pour le plaisir avant tout. C’est un groupe fédérateur qui draine un public hétéroclite. À voir la tête d’un membre de la sécu chantonner sur tous les morceaux, difficile de nier que tout le monde a passé un bon moment. On finit ce premier jour avec Havok, qui nous achève avec un trash metal bien technique à vous démonter les cervicales.

Go back home, ou plutôt direction le camping ou l’on peut (encore) profiter d’une mousse bien fraîche grâce à la présence bienfaisante d’une buvette sur place. Bonne nuit.
_MG_2891 - Copie_resultat
Page facebook de l’Xtreme Fest

Site web de l’Xtreme Fest
Ste web de l’association Pollux

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


About the Author



2 Responses to Xtreme Fest 2014 – Live report jour 1

  1. Pingback: Xtreme Fest 2015 : Scream of Death Festival - L'Appel Des Tympans

  2. Pingback: Xtreme Fest 2015 : annonce finale - L'Appel Des Tympans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour plus d'infos.